• Nicolas Coursault

Doris Gingingara (1946-1999), artiste majeure de l'art aborigène




Biographie extraite et traduite de la Japingka Aboriginal Art.


Doris Gingingara (1946 - 1999) s'est fait connaître dans les années 1990 lorsque ses images détaillées du monde naturel ont fait partie du portefeuille d'art promu par Desert Designs, aux côtés de l'artiste du désert Jimmy Pike. Doris Gingingara est née à Maningrida, au sein d’une communauté aborigène sur la côte nord de l'Australie, à l'embouchure de la rivière Liverpool.

Doris Gingingara a reçu une éducation traditionnelle et a appris les savoirs enseignés par les femmes de son groupe linguistique Barada. Doris se souvient que, petite fille, elle a été emmenée par les esprits de Mimi et placée dans un arbre où on lui a dévoilé les techniques de vannerie et de fabrication de filets. Les esprits Mimi de la Terre d'Arnhem ne sont présents que dans les rêves au crépuscule, normalement uniquement visibles aux yeux des sages. Doris Gingingara a vécu une expérience exceptionnelle tandis que sa vie a été influencée par les esprits de la culture de sa communauté. Elle a compris que le savoir culturel ne dépendait pas totalement des individus, mais qu'il était conçu dans le rêve et transmis de génération en génération.

Doris Gingingara a fait ses études à Darwin, à 500 km de Maningrida, et a continué à rendre visite à sa famille pendant les vacances. Mais le cyclone Tracy a tout changé lors de son passage dévastateur sur Darwin en 1974, obligeant Doris à partir vers Perth, puis à Geraldton et enfin à Mount Magnet. Doris s'est installée dans cette ville minière de l'Outback en Australie occidentale avec son mari Danny, né en France, jusqu'à sa mort au jeune âge de 53 ans en 1999.

Doris Gingingara a puisé son inspiration pour son art dans les racines de son enfance, les événements de la vie quotidienne, et les détails qu'elle a pu observer dans le bush, autour d'elle. Doris Gingingara a inclus dans son art des totems de rêve, des cérémonies et des lieux sacrés. Ce que nous obtenons de son travail est le détail complexe du monde naturel vu du point de vue d'une femme autochtone, un aperçu de la relation étroite de l'artiste et de la nature qui nous entoure.


Mon témoignage :

« Lorsque je la rencontre en 1996, chez elle, au pied de son petit pavillon, je ne me doutais pas que j’entrais dans la maison d’une artiste si talentueuse. Je ne savais rien. Elle m’a ouvert les bras et accueilli avec une telle simplicité, une telle gentillesse, que ma mémoire n’effacera jamais cet instant. Avec l’ignorance de mon âge, l’ignorance de notre temps, j’ai découvert et entrevu ce que je suis vraiment, un homme issu de notre terre, au destin frêle et éphémère. Elle m’a montré ses mains, ses doigts, en me racontant qu’elle avait vécu sa jeunesse comme on la vivait il y a 40000 ans. Elle m’a conté quelques histoires de son enfance. « Si peu », me dis-je aujourd’hui.

Elle peignait avec un sens aigu de l'harmonie des couleurs et avait déjà un début de reconnaissance. Ils m'ont reçu une semaine et j'ai pu la voir s'essayer à d'autres formes d'expression artistique, dont la sculpture d'oeufs d'émeus, toujours inspirée par la mémoire collective d’un peuple à la culture multi millénaire. Je n’ai pas retrouvé de documentation sur ses sculptures, qui mériteraient d’être exposées au public.

Son mari Danny était Français et vouait une grande admiration et affection pour sa femme. Mount Magnet est un hameau très isolé dans l’Ouest australien et les visites y sont très rares. Nul doute qu’ils espéraient que je reste plus longtemps. Puis je suis parti. Internet et les réseaux sociaux n’existaient pas. Vingt ans plus tard, lancé dans l’écriture de mon premier roman, inspiré de mon odyssée, j’ai cherché à les retrouver. Hélas, ils n’étaient plus de ce monde et avaient rejoint les terres d’Arnhem. »

Un chapitre de mon roman "Gaborone" est consacré à Doris, Danny et Mount Magnet.

Collections

Artbank, Sydney

Galerie nationale d'Australie, Canberra

Art Gallery of Western Australia, Perth

Musée d'art de l'université Flinders, Adélaïde


Expositions de groupe

1989 Smiths Gallery, Covent Garden, Londres

1989 Galerie des dessins du désert, Fremantle

1990 Galerie Blaxland, Sydney

1990 Galerie Robert Steele, Adélaïde

1990 Beaver Galleries, Canberra

1990 Galerie Shades of Ochre, Darwin

1992 Crossroads - Towards a New Reality, Art aborigène d'Australie, Musées nationaux d'art moderne, Kyoto et Tokyo

1995 Galerie Japingka, Fremantle

1995 Salon international de la Galerie de Chartreuse, France



Galerie de quelques oeuvres de Doris Gingingara




Articles de presse